Asie21 » Chine : La Force de soutien stratégique de Pékin, un guichet unique « en prévision de la guerre »

Chine : La Force de soutien stratégique de Pékin, un guichet unique « en prévision de la guerre »

La nature des tensions est protéiforme. Certains États membres européens connaissent un contexte d’une remise en cause populiste des fondements de la démocratie d’expression parlementaire et d’une promotion de l’organisation d’une économie de la pénurie. Aux États-Unis, on tient et diffuse des propos intempestifs s’affranchissant des codes de la parole diplomatique. En Russie, on a démontré aussi bien une volonté d’expansionnisme territorial qu’une stratégie d’influence afin de tenter de disloquer la trame de l’Union européenne. En Asie, la Chine a mis sur pied une nouvelle entité, la Force de soutien stratégique (FSS), destinée à fournir un support et une cohésion aux forces opérationnelles combinées chinoises. L’inscription de la création de la FSS dans une filiation institutionnelle accroît plus encore la justification nationale de ses champs d’application pour les objectifs de guerre de Pékin.

Avertissement

L’analyse de l’auteur s’appuie sur les déclarations en chinois des sources chinoises. Considérant le caractère particulièrement préoccupant et belliciste du contexte de l’instauration de la Force stratégique de soutien et des objectifs de cette nouvelle entité militaire chinoise, il a semblé important de le souligner. Les passages traduits sont de l’auteur. L’analyse est ici à la fois linguistique, sémantique, institutionnelle, organisationnelle, psychologique et géopolitique.

Les trois discours de Xi Jinping sur la Défense nationale

Ceux-ci ont été lus dans la version officielle en langue chinoise (imprimés d’ailleurs en caractères traditionnels) et dans la version officielle en langue française.

La lecture de la version en français – à vrai dire, paradoxalement et difficilement compréhensible pour un non-sinophone qui ne serait pas familier du contexte institutionnel, culturel, militaire et technologique chinois car la traduction vers le français est dogmatique et en-dessous des réelles intentions chinoises qui sont décryptées ici – permet toutefois de restituer la pensée qui justifie selon l’auteur Xi Jinping et son éditeur, la présence des termes idéologiques utilisés dans le titre général de l’ouvrage et dans les titres des discours.

Leur identification dans la langue cible permet également d’utiliser les expressions officiellement traduites pour les insérer dans cette publication et faire également état de la connaissance de la phraséologie officielle employée par Pékin dans son discours de propagande à l’adresse des autres pays, en l’occurrence, francophones. Ce dernier point évoque les notions de gouvernance et de soft power (cf. encadré).

Afin d’isoler de manière claire les termes dialectiques de Chine continentale dans ce contexte de préparation à la guerre et de restituer le tempo de l’évolution de l’idéologie de la Chine continentale, un astérisque* associé à une expression fixe identifiée renvoie à la mention Traduction officielle de la version en langue française. Cette mention particulière ne s’applique donc que dans les conditions expliquées supra dans les trois discours de Xi Jinping.

Ces trois discours1 ont été prononcés par Xi Jinping de 2012 à 2013 :

1. De l’édification de la défense nationale et de l’armée [把國防和軍隊建設不斷推向前進], 16 novembre 2012,

2. Pour une défense nationale plus solide et une armée plus puissante [努力建設鞏固國防和強大軍隊], 8 et 10 décembre 2012,

3. Construire une armée fidèle au Parti, invincible et dotée d’un style de travail exemplaire [建設一支聽黨指揮、能打勝仗、作風優良的人民軍隊], 11 mars 2013.

Remarque : le terme d’Armée populaire de libération (APL) n’apparaît pas dans les trois discours ; seul apparaît le terme d’armée.

Réforme, refondation de l’armée et « renouveau de la nation chinoise » *

Dans le contexte actuel chinois, le terme de réforme n’est pas assez fort même s’il est employé par Xi Jinping.

Le terme de refondation est plus approprié en raison de la profondeur et de l’envergure des changements provoqués et produits.

C’est donc ce terme de refondation, descriptif de cette nouvelle armée chinoise, qui est utilisé dans le sens où il s’agit d’analyser une situation donnée indépendamment du fait que ce terme n’est pas recevable par Pékin d’un point de vue idéologique et politique (le Parti est incessible, inaliénable, incontestable).

Dans le deuxième discours de Xi, le terme de « grand renouveau » est appliqué sous la forme du « rêve le plus important dans l’histoire moderne de [la] nation [chinoise]* ». Le terme chinois (復興) choisi par la propagande veut dire résurrection, redressement, renaissance.

FAITS

Résultat d’« un renouveau de la nation chinoise »* et d’une refondation de l’armée chinoise, Xi Jinping a présidé le 31 décembre 2015 la cérémonie officielle de la création, entre autres, de la Chinese People’s Liberation Strategic Army Cyberspace Operational Unit dont l’appellation est synthétisée en Strategic Support Force, à savoir la Force de soutien stratégique (FSS). […]

Xavier Alfonsi, Asie21

Extrait de la Lettre confidentielle Asie21-Futuribles n°104 mars 2017