Ni d’Eve ni d’Adam

Ni d’Eve ni d’Adam, Amélie Nothomb, Albin Michel, 2007

Comme dans tous ses ouvrages : distanciation amusée (finalement assez british) et écriture savoureuse. La recette ? Peut-être celle des surréalistes: provoquer une étincelle par le rapprochement bellement incongru de deux mots ou deux idées totalement étrangers, comme elle-même, comme ces « enfants bananes » du XIIIe arrondissement de Paris: « jaunes dehors et blancs dedans ». Ou, en ce qui la concerne, l’inverse ?

Jean Hourcade, Asie21